Carole Primot – Des Traductions de latin en françoys au Thresor des joyeuses inventions : sources latines et inventions françaises

Cette section constitue la partie 7 de 11 du numéro
LE VERGER - Bouquet XXIII : Circulation des écrits & Humanités numériques

Carole Primot (U. Rennes 1)

Source : gallica.

Source : gallica.

En 1554, Étienne Groulleau, éditeur parisien, fait paraître Le Thesor [sic] des joyeuses inventions, premier état de ce qui deviendra une série de quatre anthologies poétiques, publiées sous le même titre par quatre éditeurs différents, jusqu’à la fin du siècle. Ce Trésor inaugural est en réalité une reprise quasi-intégrale du recueil des Traductions de latin en françoys, publié par le même Groulleau en 1550 et 1554. Pourtant, les projets éditoriaux de ces recueils diffèrent, comme le montre le devenir des pièces traduites du latin, dont les sources sont largement effacées. Grâce à l’édition numérique du Trésor des Joyeuses Inventions, nous retraçons la circulation de ces pièces dans les différentes éditions des quatre Trésors, afin de comprendre comment ces poèmes s’intègrent à un ensemble dont la vocation récréative est première, en perdant progressivement leur statut de traduction.

Télécharger l’article de Carole Primot.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger “Circulation des écrits littéraires de la Première Modernité & Humanités numériques”, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Céline Bohnert, Charlotte Dessaint, Marie Dupont, Jean-Sébastien Macke, Anne Réach-Ngô et Richard Walter – La plate-forme collaborative EMAN, un Fab Lab pour les Humanités ?Magda Campanini, Marine Parra, Carole Primot, Anne Réach-Ngô, Côme Saignol, Miriam Speyer, Sylvie Vervent-Giraud et Richard Walter – Le projet Joyeuses Inventions : circuler dans le réseau des recueils collectifs de poésies récréatives du XVIe siècle, une entrée par la porte du Trésor ►►