Comité de lecture du Verger

Jean-Baptiste COROT, "Liseuse couronnée de fleurs ou la muse de Virgile", 1845, Musée du Louvre, Paris (source : Web gallery of Art).

Jean-Baptiste COROT, "Liseuse couronnée de fleurs ou la muse de Virgile", 1845, Musée du Louvre, Paris (source : Web gallery of Art).

Jérémie Bichuë est maître de conférences à l’Université de Caen.

Jan Blanc est professeur ordinaire d’histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève et directeur actuel du Département d’histoire de l’art et de musicologie. Il est spécialiste de la théorie de l’art et de la peinture européenne du XVIIIe siècle, auxquels il a récemment consacré plusieurs livres : Dans l’atelier de Rembrandt. Le maître et ses élèves (Paris, La Martinière, 2006) ; Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle. La théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten (Berne, Peter Lang, 2008) ; en collaboration avec Gaëtane Maes, Les Échanges artistiques entre les anciens Pays-Bas et la France, 1482–1814 (Turnhout, Brepols, 2010) ; Paroles d’artistes, de la Renaissance à Sophie Calle (Paris, Citadelles-Mazenod, 2012). En 2014, il publie un ouvrage consacré à Vermeer (Vermeer : la fabrique de la gloire, Paris, Citadelles-Mazenod) et une édition traduite et commentée des textes du peintre anglais sir Joshua Reynolds (Turnhout, Brepols), et prépare la publication d’un essai sur la peinture d’histoire britannique du XVIIIe siècle (Genève, Librairie Droz) pour 2015.

Agrégée de lettres classiques, Sylviane Bokdam a enseigné pendant de nombreuses années comme maitre de Conférences à l’Université de Paris Est-Créteil. Après avoir travaillé sur Mallarmé (Sylviane Huot, Le mythe d’Hérodiade chez Mallarmé. Genèse et évolution, Paris, Nizet, 1977), elle s’est intéressée à l’œuvre de Pontus de Tyard (édition de Mantice, Discours de la verité de Divination par Astrologie, Genève, Droz, 1990 ; Bibliographie des Écrivains français, Pontus de Tyard, Paris, Memini, 1997 ; édition du colloque Pontus de Tyard, poète, philosophe, théologien, Paris, Champion, 2003 ; participation à l’édition des Œuvres Complètes de Pontus de Tyard, Champion, tome 1, 2007), ainsi qu’au rêve à la Renaissance (Métamorphoses de Morphée. Théories du rêve et songes poétiques à la Renaissance, en France, Paris, Champion, 2012). Elle a récemment édité l’œuvre du poète breton Michel Quillian consacré à l’Apocalypse (La Derniere Semaine ou Consommation du Monde, Paris, Classiques Garnier, 2018) et dirigé avec Véronique Ferrer la dernière édition de la revue Seizième Siècle, automne 2021, sur L’Antéchrist au seizième siècle.

Philippe Canguilhem est professeur de musicologie à l’Université de Tours, chercheur au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses publications concernent la musique du 15e au 17e siècle, avec un accent mis sur le domaine italien. Il étudie également les rapports entre oralité et écriture dans la pratique musicale à la Renaissance, et s’intéresse en particulier au contrepoint chanté. Dans ce cadre, il a fait paraître une édition des traités de chant sur le livre de Vicente Lusitano aux éditions Brepols en 2013, et a publié L’improvisation polyphonique à la Renaissance (Classiques Garnier, 2015).

Christophe Couderc, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Spécialiste de la littérature espagnole du Siècle d’Or, il a consacré plusieurs de ses ouvrages au théâtre espagnol de cette période, à la poétique et à la dramaturgie de la Comedia mais aussi à l’adaptation du théâtre espagnol en France au XVIIe siècle. Il a notamment publié en 2006 Galanes y damas en la Comedia Nueva. Una lectura funcionalista del teatro español del Siglo de Oro, en 2007 Le Théâtre espagnol du Siècle d’Or (1580-1680) et en 2012 vient de paraître sous sa direction Le théâtre espagnol du Siècle d’Or en France (XVIe-XXe siècle). De la traduction au transfert culturel aux Presses Universitaires de Paris Ouest.

Hugues Daussy est professeur d’histoire moderne à l’Université de Franche-Comté, membre du Laboratoire des Sciences Historiques (EA 2273) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Spécialiste du XVIe siècle, et plus particulièrement de l’histoire politique de la Réforme française, il est notamment l’auteur de Les huguenots et le roi. Le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600) (Genève, 2002) et Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, 2014). Il codirige par ailleurs le Groupe de Recherche en Histoire des Protestantismes (GRHP).

Adeline Desbois-Ientile, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure (Ulm), est maître de conférences à Sorbonne Université et membre de l’équipe de recherche EA 4509 « Sens Texte Informatique Histoire ». Elle est l’auteur d’une thèse sur les rapports entre histoire et fiction dans les Illustrations de Lemaire de Belges. Ses travaux portent sur les grands rhétoriqueurs (Lemaire de Belges en particulier), la prose de la première Renaissance, et l’histoire de la langue française au XVIe siècle.

Perrine Galand, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, ancien membre junior de l’Institut Universitaire de France, est directeur d’études (Langue et littérature latines de la Renaissance) à l’École pratique des Hautes Études (Section des Sciences historiques et philologiques). Ses recherches s’organisent autour de trois grands axes : poétique et rhétorique antiques et leur réception ; la culture latine de la Renaissance européenne; l’expression lyrique de langue latine à la Renaissance. Elle a co-fondé avec Carlos Lévy (Professeur à l’université Paris-Sorbonne) l’équipe d’accueil 4081 “Rome et ses renaissances”, dont elle co-dirige le Centre Guillaume Budé. Elle a fondé puis dirigé la revue en ligne Camenae (site de Paris-Sorbonne), dont la direction a été reprise par Virginie Leroux (Université de Reims). Elle a également co-fondé avec Carlos Lévy la collection “Rome et ses Renaissances” aux Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, et dirige, avec Wim Verbaal (Université de Gand) la collection “Latinitates” aux éditions Brepols.

Bertrand Haan, ancien élève de l’École des Chartes et ancien membre de la Casa de Velázquez, est maître de conférences à l’université Paris IV-Sorbonne. Ses recherches portent sur les pratiques diplomatiques et la culture politique aux XVIe et XVIIe siècles, ainsi que sur l’histoire politique de la monarchie espagnole. Il a notamment publié en 2010 Une paix pour l’éternité. La négociation du traité du Cateau-Cambrésis et en 2011 L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de religion (1560-1570).

Isabelle His, professeur au département de musicologie de l’université de Poitiers, est spécialiste de la musique en France au XVIe siècle et au premier XVIIe siècle. Elle a été pensionnaire de la Villa Medicis (Académie de France à Rome, 1991-1992), puis boursière de la Newberry Library de Chicago (Short-term Fellowship, 2006). Membre du comité de lecture de la Revue de musicologie et du Conseil d’Administration de la Société Française de Musicologie (SFM), elle siège également au Conseil d’administration de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle (SFDES). Chercheuse associée au Centre de Musique Baroque de Versailles (UMR 2162), elle appartient par ailleurs à l’unité de recherche CRIHAM. Elle coordonne le service des « Relations internationales » pour le Département de Musique de l’Université de Poitiers et assume la responsabilité d’éditions musicales : « Claude Le Jeune » pour le programme Ricercar (Brepols – CESR de Tours). En 2007, elle a édité et préfacé, en collaboration avec Jean Vignes, les Pseaumes en vers mezurez (1606) de Claude Le Jeune (CESR de Tours – Brepols).

Nicolas Kiès, ancien élève de l’ENS de Lyon, enseigne la littérature dans les classes préparatoires du lycée Marcelin Berthelot. Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre sociabilité, narration et facétie à la Renaissance. Soutenue en 2015, sous la direction de Frank Lestringant, sa thèse de doctorat est récemment parue, chez Droz, sous le titre Rencontrer en devisant: la conversation facétieuse dans les recueils bigarrés (Noël du Fail, Bouchet, Cholières).

François Lecercle est professeur de littérature comparée à l’Université de Paris-Sorbonne et directeur du Groupe de recherche sur les Littératures de l’Antiquité aux Lumières (GRAL) du CRLC. Ses travaux portent sur la théologie des images, les rapports entre littérature et peinture et le théâtre des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Il vient notamment de publier, aux éditions Droz, Le Retour du mort. Débats sur la sorcière d’Endor et l’apparition de Samuel (XVIe-XVIIIe siècle) – juin 2011.

Véronique Lochert, maîtresse de conférences HDR en littérature comparée à l’Université de Haute-Alsace, travaille sur le théâtre européen des XVIe et XVIIe siècles, en particulier sur la théorie du théâtre, les rapports entre texte et paratexte, entre représentation et lecture, les échanges intergénériques et interculturels, la réception, le public féminin. Elle est notamment l’auteur de L’Écriture du spectacle. Les didascalies dans le théâtre européen aux XVIe et XVIIe siècles, Genève, Droz, 2009 et de
« Les femmes aussi vont au théâtre ». Les spectatrices dans l’Europe de la première modernité, Rennes, PUR, à paraître en 2022.

Marie-Joëlle Louison-Lassablière, docteur ès Lettres, est chercheuse à l’IRHIM de Saint-Étienne (UMR CNRS 5317). Elle travaille sur les manuels de pédagogie chorégraphique et les traités moralistes relatifs à la danse du XVIe siècle. Elle a été conférencière à l’Université Jean-Monnet sur l’histoire du ballet qu’elle a enseignée également en Classes Préparatoires et au Conservatoire Massenet. Elle est l’auteur d’ouvrages consacrés à la danse : Etudes sur la danse de la Renaissance au siècle des Lumières (2003) et Feuillets pour Terpsichore (2007). Spécialiste d’Antonius Arena, elle a traduit et commenté ses œuvres : Ad suos Compagnones… (1531) paru chez H. Champion en 2012 et Meygra Entrepriza… (1537) en 2020. Elle se consacre actuellement à la rédaction d’une biographie romancée d’Arena.

Jean-Charles Monferran, professeur à l’Université de Strasbourg, est spécialiste de la Littérature française de la Renaissance. Il est membre du Centre Saulnier (Centre de recherche sur la Création littéraire en France de l’Université Paris-Sorbonne, dir. F. Lestringant). Ses travaux portent plus particulièrement sur la théorie de la poésie et l’illustration de la langue française. Il a notamment édité Joachim du Bellay, La Deffence, et illustration de la langue françoyse, (Genève, Droz, 2001) et Jacques Peletier du Mans, L’Amour des amours, (Paris, S.T.F.M., 1997). Son essai L’École des Muses : les arts poétiques français à la Renaissance (1548-1610). Sébillet, Du Bellay, Peletier et les autres, est paru en juin 2011 aux éditions Droz.

John Nassichuk, spécialiste de la littérature française et néo-latine de la Renaissance, est professeur adjoint à l’University of Western Ontario (Canada). Ses recherches portent sur les lettres françaises et latines de la Renaissance en Europe, avec un intérêt particulier pour les rapports multiples qui subsistent entre l’humanisme du Quattrocento en Italie – surtout à Naples – et la Renaissance du nord. Il s’intéresse également aux paraphrases, réécritures et adaptations bibliques, tant en latin que dans les langues vernaculaires. Il a publié en 2009 Vérité et fiction dans les entrées solennelles à la Renaissance et à l’Âge classique, et en 2010, en collaboration avec P. Galand-Hallyn, Le lyrisme conjugal à la Renaissance.

Lionel Piettre est agrégé de Lettres modernes et ancien élève de l’ENS Lyon où il a étudié l’histoire et la littérature. Sa thèse (dir. F. Goyet, Grenoble, 2017) est à paraître chez Droz sous le titre L’Ombre de Guillaume Du Bellay sur la pensée historique de la Renaissance. Ses recherches portent surtout sur les rapports entre littérature, prudence et ruse dans les genres de l’histoire, des Mémoires, du roman et de l’essai. Il travaille actuellement à l’édition de l’œuvre historique de Guillaume Du Bellay, et étudie la première réception française de Machiavel autour de Rabelais et des Du Bellay.

Sandra Provini est maître de Conférences en littérature française du XVIe siècle à l’Université de Rouen et membre du Centre d’Études et de Recherche Éditer/Interpréter (CÉRÉdI). Elle a soutenu en 2009 une thèse sur “Les guerres d’Italie entre chronique et épopée : le renouveau de l’écriture héroïque française et néo-latine au début de la Renaissance” sous la direction de Jean Vignes (Paris-Diderot) et de Perrine Galand (EPHE). Ses recherches portent sur la poésie héroïque française et néo-latine et sur la réception de l’Antiquité à la Renaissance.

Alexandre Tarrête est maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne. Ses recherches portent principalement sur les rapports entre éloquence, littérature et philosophie à la fin du XVIe siècle (Du Vair, Montaigne, Lipse, Charron…).

Marie-Claire Thomine-Bichard, ancienne élève de l’ENS (Ulm / Jourdan), est maître de conférences en Littérature française du XVIe siècle à l’Université de Paris-Sorbonne. Elle est également membre du Centre Saulnier, (centre de recherches sur la création littéraire en France au XVIe siècle, dirigé par F. Lestringant), et de l’Atelier “Langue et littérature du XVIe siècle” (dir. M. Huchon). Ses travaux portent principalement sur la narration au XVIe siècle. Elle a participé à des ouvrages consacrés à Marguerite de Navarre, Rabelais, Bonaventure des Périers, Marie de Gournay mais aussi Ronsard ou encore la langue de la Renaissance. Elle travaille actuellement à une édition critique des Contes et Discours d’Eutrapel de Noël Du Fail, (à paraître aux éditions Classiques Garnier, collection « Textes de la Renaissance »).

Clotilde Thouret, ancienne élève de l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), est maître de conférences en Littérature comparée à l’Université de Paris-Sorbonne. Membre du CRLC, membre associée du CLAM, membre du comité de rédaction de la revue Shakespeare (La Licorne, Poitiers). Elle travaille sur : théâtre européen des XVIe et XVIIe s., théorie du théâtre, polémiques, questions de réception, poétique du sujet, théâtre et politique, théâtre et morale.

Jean Vignes est professeur à l’Université Paris-Diderot, membre du CERILAC, et président de la SFDES. Ses travaux portent notamment sur les rapports entre poésie et musique, la poésie gnomique, et Jean-Antoine de Baïf. Il a consacré plusieurs ouvrages à ce poète, notamment Mots dorés pour un siècle de fer (Champion, 1997) et une bibliographie (Memini, 1999). Il dirige actuellement l’édition de ses œuvres complètes aux éditions Champion. Le premier volume a paru en 2002 (Euvres en rimes. Première partie, Neuf livres des Poèmes en collaboration avec G. Demerson, P. Galland-Hallyn, A.-P. Pouey-Mounou, D. Ménager), le deuxième en 2010 (Euvres en rimes. Deuxième partie. Les Amours en collaboration avec V. Denisot, A. Gendre et P. Bonniffet).

Anciens membres du comité :

Guillaume Berthon, maître de conférences en littérature française de la Renaissance à l’Université du Sud Toulon-Var, ancien élève de l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), a soutenu en 2010 une thèse de doctorat intitulée “L’intention du Poete.” Du pupitre à la presse, Clément Marot autheur”, sous la direction de Claude Blum au sein du centre V.-L. Saulnier (U. Paris-Sorbonne). Ses recherches portent sur la bibliographie matérielle (histoire du livre), la notion d’auteur et la poésie de la première Renaissance française. Il est également administrateur et rédacteur du site Panurge.

Pascale Dubus nous a quittés en 2021. Elle était maître de conférences HDR à l’Université Paris I / Panthéon-Sorbonne en histoire de l’art moderne. Elle occupait les fonctions de secrétaire du bureau de l’APAHAU (Association des Professeurs en Archéologie et Histoire de l’Art des Universités) et était membre de la SFDES. Spécialiste de la peinture aux XVe et XVIe siècles en Italie, elle a publié une monographie sur le peintre maniériste Domenico Beccafumi (Adam Biro, 2000) et un essai intitulé Qu’est-ce qu’un portrait ? (Vilo, 2006) Dans le domaine de la littérature artistique, elle a consacré un ouvrage à L’Art et la mort dans les traités artistiques de la Renaissance (CNRS, 2006), et a publié en édition bilingue le Dialogo di pittura de Paolo Pino paru à Venise en 1548 (Honoré Champion, 2011). En octobre 2011, elle a coorganisé le colloque international La réception de Giorgio Vasari en Europe (XVIe-XVIIIe siècles) dont les actes paraîtront aux éditions Droz. Elle préparait un ouvrage sur les météores dans la peinture du Cinquecento.

Nicolas Le Roux, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est professeur à l’université Lumière-Lyon 2, et membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190). Spécialiste du XVIe siècle et de la société de cour, il a consacré plusieurs ouvrages aux guerres de Religion ainsi qu’aux règnes des derniers Valois. Il a notamment publié La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589) (2001), Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589) (2006), Les guerres de Religion (1559-1629) (2009) et Le Roi, La Cour, L’État, de la Renaissance à l’Absolutisme (2013). Il est par ailleurs secrétaire général de l’Association des historiens modernistes français.