Matteo Leta – Le pouvoir éphémère de l’illusion : le charlatan dans le théâtre du XVIe siècle.

Cette section constitue la partie 6 de 7 du numéro
LE VERGER - Bouquet XIV : L'Adolescence clémentine de Marot

Matteo Leta (Sorbonne Université et Università della Calabria)

Peeter Van Der Borcht, Charlatans (1580 ca), Gravure, 18,7 x 27.9 cm. Paris, BnF [Arsénal], Ars-EST 203(4).

Peeter Van Der Borcht, Charlatans (1580 ca), Gravure, 18,7 x 27.9 cm. Paris, BnF [Arsénal], Ars-EST 203(4).

À la Renaissance, la magie et l’efficacité de ses pouvoirs ont alimenté un long débat élaboré. Ce thème connait un tel succès qu’il en devient un élément central dans le théâtre de l’époque. Les comédies érudites, ainsi que les représentations plus populaires, ont en effet souvent représenté des personnages de charlatans se vantant de posséder des pouvoirs surnaturels. Cet article se propose d’étudier et d’analyser les réécritures théâtrales du rituel magique et des personnages y participant. Nous envisagerons en particulier les caractéristiques physiques, ethniques et psychologiques des magiciens, et nous ferons référence aux tournures les plus fréquentes, notamment la tendance au plurilinguisme. Nous nous attarderons également sur les rituels magiques “joués” par les charlatans durant la performance théâtrale, en exposant les caractéristiques communes aux pratiques divinatoires réellement attestées au XVIe siècle. Toutefois, il semble opportun de souligner que le canevas charlatanesque ne constitue pas une particularité du théâtre italien. En effet, la littérature européenne ne s’est pas limitée à accueillir les modèles italiens à travers des traductions ou des adaptations : elle met en scène des personnages originaux ayant des caractéristiques analogues à celles de la tradition italienne.

Télécharger l’article de Matteo Leta.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à l’Adolescence clémentine, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Luciana Borseto, Marie-Madeleine Fragonard et Corinne Lucas Fiorato (dir.), Entre violence et séduction, Judith et ses consoeurs bibliques dans la France et l’Italie des XIVe au XVIIIe siècles, Paris, Sorbonne Nouvelle, 2017.Ethan Matt Kavaler et Anne-Laure Van Bruæne (éd.), Nederlandish culture of the Sixteenth Century : Urban Perspectives, Brepols, Turnhout, 2017. ►►