Faisal Tehrani, 1515

1515
Faisal Tehrani, 1515, Paris, Les Indes Savantes, collection « Cannibale », 2016, 232 p, 25 €

Auteur contemporain de Malaisie, Faisal TEHRANI aborde sous la forme de la fiction un des grands drames de l’histoire des Malais : en 1511, les Portugais d’Afonso de Albuquerque s’emparent, après un siège particulièrement long et sanglant, de la ville phare du monde malais, Malacca (Melaka).

Ce port assurait un rôle essentiel dans les échanges commerciaux entre l’Ouest (Méditerranée, golfe Persique, Inde) et l’Est (Japon, Chine, Asie du Sud-Est). Aux dires des témoignages arabes et européens de l’époque, une des plus riches cités de l’univers, où Arabes, Indiens, Arméniens, Turcs, Européens, Juifs, Chinois… pratiquaient leurs religions et se côtoyaient pour les affaires.

La chute de la ville est un coup de tonnerre en Orient, et le début d’un long traumatisme pour les Malais.

L’auteur imagine ici une histoire bien différente : non seulement les Portugais n’ont pas réussi à s’emparer de la ville, mais quelques années plus tard (1515), une formidable flotte des différents États malais coalisés fait voile vers l’Occident, commandée par une jeune princesse, et remonte le Tage…

« Vengeance » de la plume contre l’épée, exorcisme d’un épisode noir de l’histoire malaise, humour au second degré. Ce roman culte en Malaisie est un peu tout cela.