Loys LE ROY, Deux oraisons françoises (1576)

deux-oraisons-françoises-1576
Loys LE ROY, Deux oraisons françoises (1576)Édité par Richard CRESCENZO, Droz « Textes littéraires français », 2016, L-XXVI-100p., 24,80 €

Loys Le Roy prononce ces Deux oraisons françoises en préambule à une lecture de sa traduction des Olynthiaques de Démosthène. La première concilie une défense des langues vernaculaires et un vibrant éloge de l’orateur athénien, exemple à suivre pour former de grands orateurs français. La seconde analyse l’histoire grecque pour mettre en évidence les divisions entre les cités qui ont conduit la Grèce sous le joug macédonien. Pour qui sait l’écouter, prévient Le Roy, c’est pourtant du présent, et non du passé, qu’il est question. En 1576, dans un royaume de France déchiré, réfléchir sur les conflits de l’Antiquité « conformes à ceux du temps présent » peut permettre de comprendre les risques mortels de la discorde civile et d’imaginer des remèdes. Et si le salut venait d’une éloquence forte et lucide comme celle de l’orateur athénien ? Loys Le Roy rassemble ici les acquis d’une vie vouée à l’hellénisme, à la connaissance historique et à la réflexion politique. L’auteur du magistral traité De la vicissitude met à profit son sens du parallèle historique pour proposer à ses concitoyens un modèle politique où l’éloquence serait « le principal lien de la société civile ».