Sexualité, parenté, politique et religion XVI-XXe siècles (Lausanne)

  • Start date:
    24/03/2017, 09:00
  • End date:
    25/03/2017, 17:00
  • Place:
    UNIL, Université de Lausanne, bâtiment Internef, salle 126 Lausanne, Confédération Suisse (1015)

Capture d’écran 2017-03-15 à 13.39.41

L’histoire de la sexualité a connu pendant les dernières décennies un développement considérable, qui a été accompagné par une rapide multiplication des angles d’approche et des méthodes de recherche. Toutefois, si le succès des démarches d’inspiration culturelle a été retentissant, nous constatons une certaine difficulté à se renouveler dans le domaine de l’histoire sociale.

Depuis les ouvrages fondateurs de Philippe Ariès, de Jean-Louis Flandrin ou de Michel Foucault, les historien-ne-s se sont souvent interrogé-e-s sur les rapports entre le domaine de la sexualité et les pouvoirs en place. Toutefois, ils/elles l’ont le plus souvent fait de façon très générale, à un niveau très élevé d’abstraction, en proposant – à l’instar de Foucault ou de Thomas Laqueur – des modèles macro-historiques qui se souciaient peu des différences de classes ou des pratiques de groupes spécifiques. Par ce biais les femmes et les hommes concrètement impliqués dans des relations sexuelles tendaient à s’effacer ou à apparaître uniquement comme objets de politiques étatiques, de discours savants ou bien comme des masses réagissant aux évolutions économiques ou sociales. Cela vaut en particulier pour les femmes et les hommes des groupes populaires, pour lesquels les sources sont rares et le plus souvent fragmentaires. Cette orientation a eu entre autres pour conséquence de négliger les différences entre cultures sexuelles locales, influencées par des facteurs économiques, sociaux, mais aussi politiques, religieux et culturels différents.

De l’autre côté, plusieurs études récentes en histoire, en sociologie et anthropologie ont mis en lumière les interconnexions entre confessions ou idéologies politiques et comportements sexuels, par exemple dans le domaine de l’adoption de la contraception ou des comportements illicites. Comment pouvons-nous approfondir la réflexion sur le rapport entre sexualité, politique et religion, en tenant compte du patrimoine culturel, des expériences et des désirs des acteurs et actrices?

D’un autre point de vue, la sexualité a depuis toujours été liée à certaines conceptions et à certaines pratiques de la famille et de la parenté, qui ont foncièrement des implications politiques et religieuses. Comment pouvons-nous conceptualiser les relations entre ces différents domaines historiques ?

Notre colloque a comme objectif de relancer la réflexion sur les rapports entre politique, religion, parenté et sexualité dans toute leur complexité, en privilégiant une dimension sociale du domaine sexuel, c’est-à-dire en tenant compte des pratiques des groupes observés, de leurs conditions de vie concrètes ainsi que des stratégies subjectives déployées par les acteurs-actrices de la vie sexuelle. Dans cette perspective il est légitime de se demander dans quelle mesure certains comportements sexuels non conformes ou « déviants » ont été des moteurs d’innovations sociales, politiques ou culturelles.

La réflexion autour des articulations entre sphère politique-religieuse et comportements sexuels ne considère donc pas uniquement les interventions de l’Etat ou des Eglises sur les populations – du haut vers le bas – mais devrait mettre en lumière les effets concrets des politiques institutionnelles sur des groupes choisis, en s’interrogeant également sur les interactions entre comportements sociaux, conceptions populaires et action des pouvoirs.

Cette perspective devrait en même temps tenir compte de la diversité des contextes historiques et sociaux, des classes et des milieux.

Programme

Université de Lausanne
Internef, salle 126

vendredi 24 mars 2017

09h00-09h20 Introduction (Sandro Guzzi-Heeb), Sexualité, religion et confession

  • 09h20-10h00 David Sabean  : « Bible and State : Scriptural interpretations of incest and marriage prohibitions in Baroque Europe »

10h00-10h20 Pause

  • 10h20-11h00 Aline Johner : « La sexualité et la création d’identités politiques et religieuses à Payerne (1790-1855) »
  • 11h00-11h40 Georg Fertig : « Deliberate spacing, family capital, and body : fertility in north-western Germany, (1750-1870) »
  • 11h40-12h20 Sarah Scholl : « Sexualité, contraception et intimité. Le rejet de la confession au XIXe siècle »

12h20 -14h10 Repas

  • 14h10 -14h50 Katerina Piro : « The Taboo of Family Planning : Germany’s first demographic transition in ego-documents »

Sexualité et enjeux politiques

  • 14h50-15h30 Simon Teuscher : « Von den Inzestverboten zur Reproduktion der Gesellschaftsordnung. Nutzungen und Umnutzungen der ‘arbor consanguinitatis' »
  • 15h30-16h10 Jean Noël Sanchez : « Sexualité indigène et mariage chrétien. À l’aune d’un recueil inédit de cas moraux rédigé aux Philippines au XVIIe siècle »

16h10-16h30 Pause

  • 16h30-17h10 Pascal Firges : « The Politics of extramarital Relationships in French Court Society (seventeenth and eighteenth centuries) »
  • 17h10-17h50 Arno Haldemann : « Precarious marriages in the canton of Berne around 1800″
  • 17h50-18h30 Anne-Françoise Praz : « Refonder la politique, refonder la sexualité : socialisme, anarchisme, féminisme et sexualité en Europe et en Suisse (1880-1920) »

samedi 25 mars 2017

Les institutions face aux sexualités illicites

09h15-09h55 Denise Von Weymarn-Goldschmidt : « ‘unchristenlich gewibet’. Sodomy in Basel in the seventeenth century »

09h55 – 10h15 Pause

10h15 – 10h55 Sandra Schardt : « Regulating illegitimacy and sexuality in early modern Bamberg »

  • 10h55 – 11h35 Loraine Chappuis : « Résistance des paillards à l’ordre sexuel : l’affaire du refus de la génuflexion devant le consistoire genevois (1764-1769) »
  • 11h35 – 12h15 Nicole Staremberg : « ‘Au scandale de la faute s’ajoute celui de l’impunité’ : discours sur la sexualité et contrôle des moeurs à Lausanne au XVIIIe siècle »

12h15 – 14h00 Repas

  • 14h00 – 14h40 Margareth Lanzinger : « ‘The illegitimate bed’ – kinship and sexuality from the perspective of ‘secret’ and ‘dishonourable’ marriage impediments in the nineteenth century »
  • 14h40 – 15h20 Karin Orth : « ‘Unehelichkeit’ als Massenphänomen. Ledige Mütter und ihre Kinder im 19. Jahrhundert »
  • 15h20 – 16h00 Patrick Singy : « Gay Insects and the Limits of Liberalism : The Politicization of Nature in the Work of Karl Heinrich Ulrichs (1825-1895) »

16h00 – 16h30 Conclusion et discussion générale

Organisation

Sandro Guzzi-Heeb (Université de Lausanne), Lucas Rappo (Université de Lausanne), Loraine Chappuis (Université de Genève, équipe Damoclès), Aline Johner (Université de Lausanne)

Ce colloque bénéficie du soutien de la Conférence Universitaire de Suisse Orientale (CUSO), du Centre régional d’études des populations alpines (CREPA), du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS), de l’Université de Lausanne (Unil) et de la Fondation pour l’Université de Lausanne

Télécharger le programme

Source : Calenda