Serge Bouchet : De la fête communale à la fête princière dans les villes d’Emilie-Romagne (XIVe-début XVIe siècle) : affirmation de pouvoir et sujétion des citadini

Cette section constitue la partie 5 de 13 du numéro
LE VERGER - Bouquet VI : La fête à la Renaissance

Serge Bouchet (Université Saint-Denis de La Réunion)

Sandro Botticelli, The Story of Nastagio degli Onesti (detail) c. 1483, Tempera  Museo del Prado, Madrid (WGA)

Sandro Botticelli,
The Story of Nastagio degli Onesti (detail)
c. 1483, Tempera
Museo del Prado, Madrid (WGA)

 

Entre le XIVe et le début du XVIe siècle, les seigneurs d’Emilie-Romagne s’imposent, faisant disparaître les libertés citadines. Dans ce contexte, on constate que les chroniqueurs accordent une importance grandissante aux fêtes qui se déroulent dans leur ville. Les nouveaux pouvoirs se font accepter par le spectacle et le prestige de la fête. Les manifestations festives permettent d’assujettir des populations attachées aux libertés citadines. Le spectacle du pouvoir conduit aussi à un contrôle de l’espace urbain rendu visible dans les descriptions de fêtes des chroniqueurs. Témoignant du caractère exceptionnel des fêtes de leurs princes, les chroniqueurs jouent un rôle actif dans la glorification et la mémoire de ces derniers.

Télécharger l’article de Serge Bouchet

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à  La Fête, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Florence Alazard : Les fêtes à la Renaissance : totem et tabouJulie Chaizemartin : « Les arts éphémères à la Renaissance : entre tradition dynastique et innovation artistique » ►►