Hélène Vu Thanh – Impressions Soleil Levant. Les ambassades japonaises en Europe (1582-1620).

Cette section constitue la partie 9 de 12 du numéro
LE VERGER - Bouquet XII : Temps et espaces du voyage à la Renaissance

Hélène Vu Thanh (Université de Bretagne-Sud)

"Le Japon" dans l'atlas de Mercator, "Atlas sive Cosmographicae Meditationes de Fabrica Mundi et Fabricati Figura", Amsterdam, Cloppenburg 1630.

"Le Japon" dans l'atlas de Mercator, "Atlas sive Cosmographicae Meditationes de Fabrica Mundi et Fabricati Figura", Amsterdam, Cloppenburg 1630.

 

Cet article vise à  comparer les deux ambassades japonaises en Europe, aux XVIe et XVIIe  siècles. Conduites la première fois par les jésuites et la seconde fois par les franciscains, les ambassades ont souvent été vues comme une simple opération de promotion de la chrétienté japonaise, alors en pleine expansion, et comme un outil de représentation de populations jugées exotiques à  destination du public européen. Cet article a pour objectif de déconstruire ces présupposés en présentant une image plus nuancée des deux ambassades. Il interroge la construction d’un savoir sur le Japon en Europe et s’intéresse aux modalités de construction d’un tel savoir aux XVIe et XVIIe siècles. Il souligne l’accélération de la circulation des informations entre Europe et Asie et l’impact des événements japonais sur la réception des ambassades par les autorités européennes. Au final, c’est une image plus complexe de la mission japonaise qui surgit à  travers l’étude des ambassades en Europe.

Télécharger l’article d’Hélène Vu Thanh.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré au thème « Temps et espaces du voyage à la Renaissance », on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Lisa Pochmalicki – « Ainsy dict Marc Vénitien » : l’autorité du « Devisement du monde » dans la cartographie de la RenaissanceMartin Vailly – Les cartes dans les ouvrages cosmographiques du XVIe siècle : un voyage par procuration ►►