Martin Vailly – Les cartes dans les ouvrages cosmographiques du XVIe siècle : un voyage par procuration

Cette section constitue la partie 10 de 12 du numéro
LE VERGER - Bouquet XII : Temps et espaces du voyage à la Renaissance

Martin Vailly (EUI – EHESS)

Hans HOLBEIN le Jeune, "Les Ambassadeurs" (détail), (1533), Londres, National Gallery (source : WGA).

Hans HOLBEIN le Jeune, "Les Ambassadeurs" (détail), (1533), Londres, National Gallery (source : WGA).

 

Le présent article est le résultat d’interrogations théoriques préparatoires pour un travail de thèse sur la compréhension du monde par le cartographe vénitien Vincenzo Coronelli, sur la période 1680-1715. Il concerne les rapports entre la pratique cartographique et le voyage, en considérant les objets cartographiques comme à  la fois produits et producteurs de voyage, et se fonde sur des exemples tirés de la Cosmographie Universelle de Guillaume Le Testu (1555), et de celle d’André Thevet (1575). Nous considérons la carte comme outil graphique permettant la mise en place d’une forme de voyage par procuration pour son lecteur. La juxtaposition d’éléments de savoir tirés de l’expérience du voyage ont une valeur propre pris isolément, mais racontent une histoire et permettent au lecteur de suivre son déroulement dans le temps et l’espace de la carte. La carte fournit ainsi une expérience sensible à  son lecteur, par l’espace-temps cohérent qu’elle crée à  sa surface ; la carte n’est pas vraie, mais vraisemblable, imitant le vivant. Elle est un monde en miniature que le lecteur peut surplomber, vivre et dominer. Partant, son rôle au sein des ouvrages cosmographiques et des atlas est central, puisqu’elle permet de joindre la narration et la démonstration visuelle fondées sur l’evidentia rhétorique, de faire de ces ouvrages des fenêtres ouvertes sur le monde. Enfin, elles soulignent l’importance de la rencontre humaine dans le voyage, de la dimension ethnographique de l’observation de l’explorateur.

Télécharger l’article de Martin Vailly et les figures qui l’accompagnent.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré au thème « Temps et espaces du voyage à la Renaissance », on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Hélène Vu Thanh – Impressions Soleil Levant. Les ambassades japonaises en Europe (1582-1620).Giovanna Devincenzo – Science, littérature et érudition à  Naples à  la fin du XVIe siècle, le cas de Giulio Cesare Capaccio ►►