Elisa Andretta – Les realia d’un voyage symbolique : santé, prévention et soins du corps sur le chemin de Charles Quint vers Yuste (1556-1557)

Cette section constitue la partie 2 de 12 du numéro
LE VERGER - Bouquet XII : Temps et espaces du voyage à la Renaissance

Elisa Andretta (CNRS / LARHRA)

Hans DAUCHER, "Charles Quint à cheval", (1522), Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum, Innsbruck (source : WGA).

Hans DAUCHER, "Charles Quint à cheval", (1522), Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum, Innsbruck (source : WGA).

 

L’article est centré sur le dernier déplacement de Charles Quint, celui qui conduit l’empereur des Pays Bas, où il abdique en octobre 1555, au monastère de Yuste, où il choisit de passer le reste de sa vie. Un tel itinéraire bien documenté par la correspondance échangée entre les officiers de l’empereur qui l’accompagnent a suscité l’intérêt des historiens en tant qu’étape d’un processus d’abdication qui constitue l’un des moments les plus dramatiques de l’histoire politique de l’Europe de la Renaissance. Ici ce dernier voyage de l’empereur est analysé à partir d’un point de vue particulier : la prise en charge du corps physique du souverain démissionnaire et de sa santé. Il s’agit là  d’un aspect qui inquiète beaucoup les officiers les plus familiers et les proches de Charles Quint. Après quelques considérations sur la relation entre le voyage et la santé à  la Renaissance, l’attention est portée sur les contraintes matérielles et les enjeux symboliques du voyage, l’organisation sanitaire qu’il présuppose et les pratiques sanitaires mises en oeuvre en fonction de la culture médicale du temps.

 

Télécharger l’article d’Elisa Andretta.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré au thème « Temps et espaces du voyage à la Renaissance », on peut se reporter ici

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Bouquet XII – Temps et espaces du voyage à la RenaissanceLeonardo Ariel Carrio Cataldi : Temps et espaces de l' »Art de naviguer ». Nouvelles réflexions autour de Pedro de Medina. ►►