Chorea 2018-2019 Lieux réels, lieux rêvés

La Carte en trèfle (Die Ganze Welt in einer Kleberblat ) de Heinrich Bünting, 1581 (source : Wikipedia)

La Carte en trèfle (Die Ganze Welt in einer Kleberblat ) de Heinrich Bünting, 1581 (source : Wikipedia)

Appel à communication pour le séminaire Chorea 2018-2019

Lieux réels, lieux rêvés à la Renaissance

Destiné aux jeunes chercheurs (étudiants de Master, doctorants et jeunes docteurs) qui ont pour champ d’investigation la Renaissance entendue au sens large, le séminaire Chorea de l’association Cornucopia reprend à la rentrée 2018 dans un nouveau format. Dans un esprit humaniste de dialogue et d’expérimentation, ce séminaire a pour but de répondre aux attentes et interrogations des jeunes chercheurs et chercheuses.

Le séminaire se tiendra à partir du samedi 13 octobre 2018 en Sorbonne et à l’ENS une fois tous les deux mois jusqu’en juin 2019. Chaque séance de 3 heures se déroulera en deux temps :

  • compte rendu d’un ouvrage récemment paru, échange autour d’une question méthodologique, ou présentation des travaux d’un jeune chercheur ou d’une jeune chercheuse, suivi d’une discussion.

  • intervention sur le thème que nous avons élu pour l’année : « Lieux réels, lieux rêvés à la Renaissance » dont vous trouverez l’argumentaire ci-dessous.

Dans un souci d’ouverture disciplinaire et géographique ancien, dont témoignent plusieurs séminaires précédents et numéros du Verger consacrés aux « marges », à « l’Orient », à « l’exotisme » ou aux « temps et espaces du voyage », Cornucopia propose pour la réouverture de son séminaire Chorea en 2018-2019 de poursuivre l’exploration des « ailleurs » au sens large à travers le lien entre les lieux réels et les lieux rêvés à la Renaissance.

La question de l’espace est une thématique ancienne familière à la plupart des chercheurs seiziémistes. Elle continue de susciter l’intérêt de la plupart des disciplines qui s’intéressent à la Renaissance, et s’avère un champ d’études toujours fécond, comme en témoignent de récentes parutions, parmi lesquelles on pourra citer en littérature L’Aède et le géographe. Poésie et espace du monde à l’époque prémoderne1 de Phillip J. Usher, en histoire, la thèse d’Axelle Chassagnette, Savoir géographique et cartographie dans l’espace germanique protestant2, ou encore un numéro de la revue électronique L’Atelier, « Entre le ciel et la terre : cosmographie et savoirs à la Renaissance ».

Nous aimerions nous interroger sur la notion de « lieu », entendue au sens contemporain et géographique de « portion d’espace sujette à des appropriations singulières et à des mises en discours spécifiques »3, en distinguant d’une part des lieux « réels », c’est-à-dire, vécus, décrits et définis, appropriés par les hommes du XVIe siècle, et d’autre part des lieux imaginaires, créés, fantasmés ou faisant l’objet de discours qui ne reposent pas nécessairement sur la réalité.

Les notions de « réalité » et d’ « imaginaire » pour le XVIe siècle feront l’objet d’une attention particulière. Les lieux réels seront analysés de manière à prendre en compte la part de construction imaginaire qui les structure, les aspects fictionnels qui les caractérisent. En retour, on s’intéressera à la part de référentialité des utopies, des hétérotopies et des « ailleurs » au sens large. On sera particulièrement attentif au fait de mettre en évidence les phénomènes de superposition et même d’imbrication entre rêve et réalité : lieux communs dans les récits de voyages et bibliothèques de leurs auteurs, éléments du réel dans les utopies ou les cartes allégoriques, imaginaire géographique dans les ouvrages de géographie et de cosmographie…

Ce séminaire se veut ouvert à tout type d’approche méthodologique et à toutes les disciplines. Les études sur la réception aux époques ultérieures seront aussi les bienvenues. Les communications pourront faire l’objet d’une publication après validation par le comité de lecture dans Le Verger, revue en ligne de Cornucopia.

Vous pouvez d’ores et déjà nous envoyer vos propositions d’intervention à notre adresse, site.cornucopia@gmail.com, avant le 5 septembre prochain.

Membres organisateurs :

Paul-Victor Desarbres (Sorbonne-Université)

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (U. Paris I-Panthéon-Sorbonne)

Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano (Sorbonne-Université)

Adeline Lionetto (Sorbonne-Université)

Alicia Viaud (U. Strasbourg)

1Phillip J. Usher, L’Aède et le géographe. Poésie et espace du monde à l’époque prémoderne, Paris, Garnier, 2018

2Axelle Chassagnette, Savoir géographique et cartographie dans l’espace germanique protestant, Genève, Droz, 2017

3Définition donnée par le site Géoconfluences : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/lieu