Anne Réach-Ngô – « Le tout tiré de divers Auteurs trop fameux » : les compilations littéraires de la Renaissance, de la caution publicitaire à la communauté auctoriale

Cette section constitue la partie 13 de 15 du numéro
LE VERGER - Bouquet XIII Oeuvre collective

Anne Réach-Ngô (Université de Haute-Alsace/IUF)

Albrecht DÜRER, "Saint Jérôme" (détail), 1521, Lisbonne, Museu Nacional de Arte Antiga (source : WGA).

Albrecht DÜRER, "Saint Jérôme" (détail), 1521, Lisbonne, Museu Nacional de Arte Antiga (source : WGA).

Avec l’apparition de la page de titre à la Renaissance, naît un espace d’affichage péritextuel où l’état civil du livre se double d’une coloration promotionnelle. L’examen de la formule « tiré des bon auteurs » et ses variantes, placée à l’ouverture de bon nombre de compilations, aussi bien littéraires qu’encyclopédiques, met en évidence un tel phénomène. L’article s’attache à analyser le fonctionnement de cette formule dans les titres, frontispices, préfaces, signatures des pièces, tables des auteurs et index d’un échantillon d’ouvrages représentatifs qui l’utilisent comme argument de vente. De la simple caution publicitaire, ajoutée par l’éditeur à un texte produit par un auteur unique ou collectif, à la désignation d’une communauté d’auteurs individuellement identifiés, les fonctions d’une telle inscription traduisent la complexité d’une auctorialité plurielle qui se construit aussi bien dans la réalité des collaborations effectives que dans l’espace symbolique des discours péritextuels.

Télécharger l’article d’Anne Réach-Ngô.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré au thème “Œuvre collective et sociabilité à la Renaissance”, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Allison Stedman – L’oeuvre collective et la transformation de la sphère publique en France pendant la deuxième moitié du XVIIe siècle.João Aidar – Les Fleurs de Poesie Françoyse : une œuvre poétique collective du XVIe siècle français ►►