João Aidar – Les Fleurs de Poesie Françoyse : une œuvre poétique collective du XVIe siècle français

Cette section constitue la partie 14 de 15 du numéro
LE VERGER - Bouquet XIII Oeuvre collective

João Aidar (Sorbonne Université)

Page de "Hécatomphile ; Les fleurs de poésies françoises", édition de François Juste (1536-1537), source : Gallica.

Page de "L'Hécatomphile ; Les fleurs de poésies françoises", édition de François Juste (1536-1537), source : Gallica.

Parmi les recueils collectifs publiés en France au XVIe siècle, celui qui est intitulé Les Fleurs de Poesie Françoyse semble tout à fait particulier. C’est par exemple autour de la figure la plus importante de la poésie française de la première moitié du siècle que ses auteurs se rassemblent pour composer le recueil : Clément Marot. Le livre semble, au premier abord, avoir été composé par une sorte de maître d’œuvre qui aurait collecté et rassemblé des textes sur le danger de “folle amour”. Mais une étude plus détaillée de l’ouvrage nous conduit à penser qu’il serait bien plutôt le produit d’un projet pensé et orchestré collectivement. C’est en tâchant d’analyser une partie de son architecture que cet article propose des pistes sur la nature collective de cette entreprise si représentative de la poésie française des années 1530.

Télécharger l’article de João Aidar.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré au thème “Œuvre collective et sociabilité à la Renaissance”, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Anne Réach-Ngô – « Le tout tiré de divers Auteurs trop fameux » : les compilations littéraires de la Renaissance, de la caution publicitaire à la communauté auctorialeAnne-Gaëlle Leterrier-Gagliano – Le Psautier de Genève, véritable dialogue de Théodore de Bèze et Clément Marot ? ►►