Gary Ferguson : “Veritable Histoire” : L’Heptaméron et la Madeleine.

Cette section constitue la partie 5 de 11 du numéro
LE VERGER - Bouquet XX : L'Heptaméron de MDN

Gary Ferguson (University of Virginia)

François Demoulins de Rochefort, "La Vie de la belle et clere Magdalene", enluminure de Godefroy le Batave (source : Gallica).

François Demoulins de Rochefort, "La Vie de la belle et clere Magdalene", enluminure de Godefroy le Batave (source : Gallica).

Marie Madeleine joue un rôle de simple figurante dans L’Heptaméron, où l’on ne trouve que deux références à la sainte. Ce constat peut paraître surprenant dans la mesure où la Madeleine a occupé une place importante non seulement dans la vie religieuse et culturelle de la France renaissante en général, mais dans la vie personnelle et dans l’imaginaire de Marguerite de Navarre en particulier. Malgré cette absence relative, la présente étude a pour objectif de montrer que la figure de Marie Madeleine – dans la forme que lui avait donnée la tradition médiévale – peut éclairer des aspects fondamentaux à la fois des croyances religieuses et de l’œuvre littéraire de Marguerite. On s’intéressera à la question du culte des saints et des adiaphora dans le contexte des mouvements de réforme religieuse ; à l’opacité des intentions humaines et à la difficulté – voire l’impossibilité – d’en juger ; au pèlerinage effectué par la famille royale à la Sainte-Baume en 1515-1516, à La Vie de la belle et clere Magdalene de François Demoulins et à la « Querelle » provoquée par Lefèvre d’Étaples ; aux plaisirs ou péchés de la chair et à la repentance ; à la prédication et au ministère des femmes ; au genre de la nouvelle, envisagée comme « veritable histoire » ; à la façon, enfin, dont Marguerite de Navarre conçoit son rôle d’écrivaine.

Télécharger l’article de Gary Ferguson.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à L’Heptaméron, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Thibault Catel : Le larron fait l’occasion : réflexions sur l’occasion et l’action dans L’Heptaméron.Scott Francis : “Cheminer apres les plus parfaictz” : les pélerinages et le culte des saints dans les comédies profanes et L’Heptaméron. ►►