Marie-Antoinette Alamenciak – L’Heptaméron et ses sources médiévales : étude comparée de la nouvelle 69 et de la dix-septième des Cent Nouvelles nouvelles.

Cette section constitue la partie 2 de 11 du numéro
LE VERGER - Bouquet XX : L'Heptaméron de MDN

Marie-Antoinette Alamenciak (Sorbonne Université)

Lucas Cranach l'Ancien, "Jeune fille et vieil homme", vers 1530, Kunstpalast, Düsseldorf, WGA

Lucas Cranach l'Ancien, "Jeune fille et vieil homme", vers 1530, Kunstpalast, Düsseldorf, WGA

Cet article propose de comparer la nouvelle soixante-neuf de L’Heptaméron avec la nouvelle dix-sept des Cent Nouvelles nouvelles. En se concentrant sur le personnage de la chambrière, victime d’une tentative de viol par le maître de maison, nous pouvons mettre au jour les similitudes et différences dans le remaniement de la nouvelle médiévale. Si la chambrière du récit de Marguerite de Navarre est davantage réduite à son infériorité sociale que son homologue du recueil bourguignon, in fine aucune des deux œuvres ne propose de réflexion sur le désir masculin ou le viol. Au-delà de l’intérêt fictionnel des nouvelles, ces dernières servent avant tout à affirmer l’idéologie du cercle des conteurs. Ainsi, malgré des différences formelles comme la présence de débats, il n’y a pas de solution de continuité entre les recueils du Moyen Âge et ceux de la Renaissance.

Télécharger l’article de Marie-Antoinette Alamenciak.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à L’Heptaméron, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Bouquet XX – L’Heptaméron de Marguerite de NavarreGautier Amiel : Représentations et enjeux de l’amour réciproque de L’Heptaméron de Marguerite de Navarre. ►►