Ivana Velimirac : Sur Stanislav Vinaver, traducteur de Rabelais ou comment Gargantua et Pantagruel se mirent à parler serbe

Cette section constitue la partie 16 de 18 du numéro
LE VERGER – Bouquet I : Gargantua et le Quart Livre de Rabelais

Ivana Velimirac, Université Paris-Sorbonne

Stanislav Vinaver (1891-1955) et le premier volume de la première édition de sa traduction de Rabelais („Гаргантуа и Пантагруел”, Просвета, Београд, 1950)

Stanislav Vinaver (1891-1955) et le premier volume de la première édition de sa traduction de Rabelais („Гаргантуа и Пантагруел”, Просвета, Београд, 1950)

Cet article envisage de faire connaitre aux lecteurs francophones qui s’intéressent à Rabelais et à la réception de son œuvre, le traducteur serbe des Cinq livres, Stanislav Vinaver, poète et érudit, figue majeure de la vie intellectuelle serbe et yougoslave de la première moitié du XXe siècle.

Apres l’esquisse de la vie de Vinaver et de son temps, nous proposerons la lecture des passages de Gargantua et du Quart livre qui nous semblent révélateurs de l’art de traduire vinaverien, notamment des « parolles gelées » et des « motz de gueule ». À travers quelques exemples, nous interrogeons le concept bermanien de l’ethnocentrisme afin de montrer que l’accueil de l’Étranger est présent dans cette traduction malgré son pseudo-ethnocentrisme.

Télécharger l’article d’Ivana Velimirac

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à « Gargantua et le Quart Livre de Rabelais », on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Aline Strebler (avec la collaboration d’Adeline Lionetto-Hesters) : Rabelais médecin dans le Gargantua. Du « corps-tube » au « livre-corps ».Alice Vintenon : Vrais et faux hiéroglyphes dans Gargantua ►►