Frank Lestringant – Rondeaux en ronde, ronde de rondeaux

Cette section constitue la partie 3 de 7 du numéro
LE VERGER - Bouquet XIV : L'Adolescence clémentine de Marot

Frank Lestringant (Sorbonne Université)

Pieter Bruegel l'Ancien, "Danse de mariage en extérieur", (1566), Detroit, Institute of Arts (source : WGA).

Pieter Bruegel l'Ancien, "Danse de mariage en extérieur", (1566), Detroit, Institute of Arts (source : WGA).

Le rondeau doit son nom à sa forme ronde, comme on sait. Partant d’une trilogie de rondeaux, les rondeaux XXXVIII, XXXIX et XL de L’Adolescence clémentine, trois rondeaux d’alliance tous trois adressés par Clément Marot à Anne d’Alençon, on essaie de montrer comment cette forme extrêmement simple, proche en apparence de la prose parlée, introduit des jeux de rythme très subtil, et de surcroît un retour ou “rentrement”, qui relance in extremis la roue du rondeau. À cela s’ajoute une analyse du rondeau XLI, de registre plus familier, qui déconcerte et surprend, fait alterner l’équivoque obscène et la demande subtile.

Télécharger l’article de Frank Lestringant.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à l’Adolescence clémentine, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ André Bayrou – Distance et reconnaissance dans l’écriture de soi : le cas des poèmes judiciaires de l’Adolescence clémentine (1538)David Moucaud – La mesure du badin : pour une infrastylistique de l’élégance marotique ►►