Enrica Zanin : Lectio ou “passetemps” ? Stratégies de lecture dans L’Heptaméron.

Cette section constitue la partie 10 de 11 du numéro
LE VERGER - Bouquet XX : L'Heptaméron de MDN

Enrica Zanin (Université de Strasbourg / IUF)

Ambroise Benson, "Jeune femme faisant oraison à la lecture de son livre d'heures",  vers 1520, huile, Louvre (WGA).

Ambroise Benson, "Jeune femme faisant oraison à la lecture de son livre d'heures", vers 1520, huile, Louvre (WGA).

Quel usage faire des nouvelles de l’Heptaméron ? Cette question intéresse depuis longtemps la critique. Comment la lectio qui fonde le « contentement » d’Oisille, peut-elle se concilier avec le « passetemps » que réclame Hircan ? Pour répondre à ces questions il faut situer le projet des nouvelles dans le contexte spirituel, par rapport à la pratique de la lectio divina, et dans le contexte narratif, par rapport au genre dont le Décaméron fonde le modèle. On découvre ainsi que si Marguerite oppose nettement, dès le prologue, lecture sacrée et lecture profane, c’est pour penser leur relation intime et proposer au lecteur de lire les nouvelles « comme » il lirait la Bible, c’est-à-dire, par une méthode analogue qui serait source de récréation et de plaisir, et qui inviterait à interpréter le texte pour en tirer un savoir éthique.

Télécharger l’article d’Enrica Zanin

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré à L’Heptaméron, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Jean Lecointe : La spiritualité négative de Marguerite de Navarre dans L’Heptaméron.Pascale Mounier : Les images dans L’Heptaméron : évidence sémantique du rapport analogique. ►►