Concetta Cavallini – De la mascarade au ballet de cour dans la seconde moitié du XVIe siècle : les fêtes entre enjeux sociaux et transformations de genre.

Cette section constitue la partie 4 de 15 du numéro
LE VERGER - Bouquet XIII Oeuvre collective

Concetta Cavallini (Università degli Studi di Bari Aldo Moro)

Giuseppe Arcimboldo, "Esquisse d'un masque", (1585), Galleria degli Uffizi, Florence (source : WGA).

Giuseppe Arcimboldo, "Esquisse d'un masque", (1585), Galleria degli Uffizi, Florence (source : WGA).

 

Le glissement de la mascarade vers le ballet de cour s’opère de manière progressive au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. Les nombreux événements historiques de cette période (mariages et entrées royales, par exemple) déterminent la nécessité de spectacles toujours nouveaux et originaux, outre les tournois, banquets, mascarades auxquelles on est habitués. En rappelant certains spectacles qui ont eu lieu dans la seconde moitié du XVIe siècle, ainsi que les chroniques ou les témoignages les décrivent, l’étude essaie de faire la lumière sur les frontières entre les genres et les typologies des divertissements, dans une période où la société est sujette à des transformations importantes.

Télécharger l’article de Concetta Cavallini.

Pour consulter le sommaire du bouquet du Verger consacré au thème “Œuvre collective et sociabilité à la Renaissance”, on peut se reporter ici.

Navigation du numéro

◀︎◀︎ Tania Lévy – « Conduire, ordonner, mettre gens en œuvre ». La préparation des fêtes et des entrées au tournant du XVIe siècle : l’exemple lyonnais.Vincent Dorothée – Horace Morel : les rôles et collaborations d’un “artificier” aux spectacles princiers entre Nancy et Paris (c. 1600-1635). ►►